dans Santé, Sexe, Société, Soirée, Tabou

Les oeufs

Mais du coup avec la rentrée, j’ai oublié de vous parler de l’histoire des oeufs ! C’était à l’anniversaire de mon pote, celui qui m’a fait le laïusse sur le mariage.

Et ben c’était son anniv. On avait préparé une fête surprise. Avec tous les potes : le célibataire qui ramène ses meufs chez le gynéco, le marié qui veut niquer ailleurs, les mariés « trop-mimi-trop-choupi » qui niquaient dans des voitures avant… Que du beau monde! On fait la fête, on rigole, on trempe du gâteau dans la vodka et on mange des chips avec du Coca et va savoir pourquoi les filles s’empilent d’un côté et les mecs de l’autre. Angoisse.

Les mecs, je sais pas de quoi ils parlent, de crédit peut-être. Les filles, elles parlent de leur régime, parce qu’elles ont toutes grossi après le mariage. Et du jour du mariage dont elles se rappellent de rien (ben ça valait bien la peine que je vienne et que je m’emmerde à me faire tirer les cheveux pour avoir l’air présentable, que j’embrasse tout le monde, tout ça pour finir à mon tour en paillettes à De Carlo et que quelqu’un, à son tour, se moque de moi dans mon dos).

Et là, une des nanas se met à parler de bébé. Bon. Déjà elle est mariée, c’est pas mal, parce que ça veut dire qu’elle est en couple. Bon point pour le bébé. Mais là, elle te dit qu’avec le mode de vie d’aujourd’hui elle est pas sûre de pouvoir faire des enfants, alors elle a fait un test pour faire compter les oeufs qui lui reste.

Sorry WHAT ? Ben je sais pas moi : couche avec ton mec, et tu finiras par avoir un gamin non ? T’as besoin qu’on compte tes oeufs ? Mais t’as pas encore 30 ans ! Et tu fumes pas. Et tu bois pas. Moi j’entend partout des trentenaires qui font la course au mari pour se caser et que la famille leur foute la paix. Ou alors des jeunes nanas qui tombent enceintes sans le vouloir et avortent à la pelle.

D’ailleurs, la dernière fois j’ai changé de gynéco. Et au début de la consultation elle me demande : combien de fois vous avez avorté ? Euhhh zéro. Elle lève un sourcil. Et combien de fausses couches ? Euhhh zéro. Elle lève l’autre sourcil. Et la pilule du lendemain ? J’ai vu qu’elle avait plus de sourcil à lever j’ai répondu : une fois. Elle a demi-baissé les sourcils. Je suis trop sage pour elle, je crois qu’elle était déçue.

En tout cas moi, je ne compte pas mes oeufs. Mais j’espère quand même qu’il m’en reste assez.

La Rue

Sois pas timide

Commenter

  1. Compter ses oeufs restants… Euhhh… En tout cas, je parie que comme moi tu as levé les deux sourcils (et peut-être même les yeux avec) quand tu as entendu cette phrase!!!